Natural Born Wine Lover (NBWL)

Je Suis Bordelaise

25 avril 2018
lapmrey 2

LE  DIALOGUE

Je suis bordelaise, Je suis bordelaise !

 La Lamproie :

Je suis bordelaise et pas d’une seule dent de doute ! Je vis ici depuis toujours, le rythme de mon cœur est imprégné sur les murs calcaires des Chartrons, et La Gironde est ma meilleure amie ! Combien de fois j’avais peigné ses cheveux en se lançant sur son dos nu.

Et combien de fois je suis plongée dans ses tresses blondes, nageant vers l’Atlantique, Gironde la Blonde !

Moi :

Je suis bordelaise. Je m’amuse de le prétendre devant certains touristes francophones auxquels je raconte Bordeaux et la région, et qui s’exclament souvent : « Mais d’où vient votre accent ? Il est tellement mélodique ! Peut-être êtes-vous Italienne ?» Je leur dis que j’avais vécu en Italie, aussi, mais que Je suis bordelaise. « Peut-être vous avez épousé un Bordelais ?»  Je leur réponds que cela sera l’explication la plus prosaïque et qu’il existe une autre épreuve à laquelle est soumis chacun aux prétentions d’être ‘Bordelais’. Et voici, l’heure de vous raconter un de mes secrets est arrivée.

La Lamproie :

Je suis bordelaise. Mon nom complet est Petromyzontida. Je suis issue d’une très ancienne famille : mes ancêtres ont habité l’océan et les fleuves il y a 53 million d’années, pouvez-vous l’imaginer ! Et il est certain que par peur devant notre extrêmement sinistre gueule, aucune parmi les autres créatures similaires n’avait pas voulu croiser ses gènes avec les notre et voici comment nous sommes restés au sang pur. Au sang pur par origine, 38 exactement dans la famille ! Et oui : qui volontairement se laissera au bisou d’un vampire d’eau- notre plus répandue réputation, lui donnera la partie la plus vitale de soi- le sang !

La Nature ! C’est elle qui nous a enraciné cet impulse de résistance qui nous force à se procurer quotidiennement la dose de sang- notre seule nourriture. Et croyez-moi, lorsque tu te nourris de sang, tu as tout ! Il est simplement nécessaire d’être discret lors du rapprochement à la victime, mais aussi habile lorsque l’on colle sa ventouse à son corps. L’anesthésie que l’on lui injecte avec une dent pénètre rapidement : quelques secondes et…un, deux, trois- et elle est affaiblie dans son anémie.

Pour ceux qui croient aux légendes, le sang est la nourriture des vampires, pour les autres- les plus terrestres- des Dieux et Rois. Mais croyez-moi, ce n’est pas cela qui nous place parmi les aristocrates des poissons. Et même pas le fait que notre chaire extrêmement délicate s’était fondue sur les palais des Majestés tels que Henri I. Et une seule bouchée sacrée du corps d’un ancêtre l’avait amené Au-delà.

Alors, vous avez déjà compris que nous sommes des poissons mais en réalité nous ne rassemblons pas beaucoup aux autres : notre corps est dépourvu d’écailles, nous n’avons pas des mâchoires. Et si notre physique unique- sans arrêtes, mais avec des vertèbres extrêmement douces et avec une ventouse, nous permet d’être si souple et de plonger dans les plus périlleux courants d’eau, même elle ne pourrait pas nous aider contre les plus barbares parmi toutes créatures terrestres, les êtres « humains ». Car si nous buvons une quantité de sang pour se nourrir, ils nous attrapent uniquement pour satisfaire leurs sens « sophistiqués ». Contre eux utilisons nous notre intelligence développée pendant des siècles. À cause de leurs pièges nous nous fondrons avec les ombres glissant sur le fleuve pendant la journée, et vivons véritablement pendant la nuit profonde.

Mais ce n’est pas notre plus grande malédiction ! Saignant est notre drame : dans le moment dans lequel nous sommes déjà prêts à vivre l’amour et à s’unifier avec un baiser-succion à notre élu-de-cœur, notre système digestif commence à atrophier, nous arrêtons à se nourrir activement. Nos jours commencent à se fondre avec les graisses stockées dans nos corps. À peine nous réussissons à sentir la joie de nos premiers et seuls enfants ! Et nous les avons attendu pendant 12 années entières : rares sont les représentants du monde animal qui traversent un si long chemin afin de connaître l’amour et le bonheur de ce vécu !

Nous nous éteignons lentement et nous mourrons- des jeunes et tragiques vampires-aristocrates du monde des poissons.

Vous avez probablement deviné qui suis-je ?

Je suis bordelaise ! Je suis la lamproie !

 

 

 

 

 

 

 

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply