Natural Born Wine Lover (NBWL)

La PRINCESSE de l’AMPHORE

12 janvier 2020
Ici vit une jolie Princesse coquine

La Princesse de l’Amphore

Et voilà, nous sommes le 15 novembre 2019 et ce matin, comme d’habitude, j’ai pris mon temps pour une petite promenade dans le vignoble. Un vent austère courait entre les vignes : refermées sous ses attaques glaciales, leurs feuilles craquaient dans un bruit sec et morose : « L’Hiver est arrivé…. La Saison est terminée, terminé-e-e-e-e-e- e … »

Il est l’heure, donc, à raconter une dernière histoire pour cette année. Et comme je me suis habituée aux finales merveilleuses et mémorables, je mettrais fin avec une histoire mi-réelle – mi-féerique.

Nous sommes dans le chai- spacieux et mystique- qui pendant tout ce temps a pu avaler et stocker des milliers d’histoires et de voix. Et voilà, un dernier morceau de ce gâteau, un savoureux :

C’était un soir au mois de juillet, juste avant la fermeture journalière, lorsqu’un couple s’est arrêté et a demandé une brève dégustation. Venu(e)s de la Suisse, la femme était Française, l’homme- Allemand. Une fille d’à peu près 4 ans au bidou mignon et arrondi et délicieusement bronzée me regardait avec attention ; ses yeux- ronds et noirs comme olives grecques me fixaient. Elisa Ecke, son nom, prononcé d’une do-o-o-o-uce voix.

Avant d’entamer la dégustation avec ses parents, j’ai mis dans ses mains nôtre panier plein de magnets au blason familial et je lui ai montré comment en les collant sur le comptoir métallique, on pourrait créer des figures imaginaires. Et ça marchait, comme d’habitude !

PdA1

Moment de bonheur installé dans la Salle de réception- les parents visiblement émerveillés par les vins, Elisa Ecke- plongée dans son Univers magnétique !

À la fin, pour tripler leur plaisir, je leur ai ouvert les portes du cuvier. Mais avant, en traversant la cour, je leur ai brièvement raconté l’histoire du domaine et je leur ai montré le château- cette magnifique bâtisse style néo-gothique- donc fantastique !

C’est en ce moment qu’une question nous a sorti du Réel : « Und wo ist die Prinzessin ? » / « Où est la Princesse ? »

En riant, les parents m’ont expliqué qu’Elisa s’attendait à rencontrer la Princesse qui vit au château…

« Gibt es eine Prinzessin hier ? » / « Il y a-t-il une Princesse ici ? » – m’a demandé-t-elle.

« Mais bien-sûre qu’il y en a ! Une belle princesse coquine ! Viens, on va aller la chercher ! »

J’ai pris sa main et nous deux- toute petites- avons traversé le couloir du cuvier. Derrière nous les parents étaient en train de perdre leur conscience devant la beauté inox pourpre, violet, myrtilles, bordeaux…

Une fois dans le chai, nous nous sommes directement dirigés vers la Grande DOLIA- une de nos amphores.

« Aïe aïe aïe ! », moi- rentrée définitivement dans le jeu. « Je crois que nous sommes arrivé(e)s exactement à l’heure lorsque la Princesse prend son bain ! Tiens, j’entends comment elle bouge son pied ! Et comme elle est toute mouillée et nue en même temps, elle ne peut pas sortir nous saluer. Mais Attention – ta-da-da-dam ! Si tu poses ta main sur la Grande DOLIA et tu dis ton nom complet plus ton âge, elle retiendra ta voix et la prochaine fois lorsque tu reviens, tu les diras à nouveau, elle te reconnaitra et sortira pour te dire « Bonjour !»

PdA2

Absolument convaincue que cette potion magique marchera, Elisa Ecke a mis sa main sur le corps argileux et a dit d’une haute voix : « Elisa Ecke, vier und halb Jahre alt. »

J’ai dit que c’est bien, que tout est bien enregistré. À la fin je l’ai demandé si la visite lui a plu.

« J’adore ! », s’est-elle exclamée pour une première fois en français. Étant inscrite dans une école germanophone, elle m’a parlée tout le temps en allemand. Mais dans la langue allemande le verbe ‘adorer’ n’existe pas ! On connait : ‘j’aime bien’, ‘j’aime beaucoup’ et autres mais pour exprimer une si forte émotion, elle a choisi le français.

Aujourd’hui c’est ma dernière visite à La Gaffelière, pour cette saison. Je mets ma main sur le corps de la Grande DOLIA et je dis à haute voix :

« Je m’appelle Yana Yanakieva, 42 ans, et je souhaiterais y revenir ! »

Merci beaucoup !

PdA3

 

 

 

 

 

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply