Natural Born Wine Lover (NBWL)

DEUX TERROIRS

14 février 2018
Saint Trifon

DEUX  TERROIRS

14 FÉVRIER.  LA  SERPE  DE  SAINT  TRIFON

Toc-toc-toc. Et une deuxième fois- toc-toc-toc: la langue d’une sonnette plutôt que le bruit de claquement sur la coque de la nuit…

À peine la tête levée et le corps sorti de son noyau friable, je te vois, Saint Trifon à apparaître devant moi, la main tendue et bénie, et là-dedans, la serpe à tailler: brillante. Et ta voix guérissante illumine le creux céleste, et tes propos résonnent profondément dans mon cœur:

«Coupe les bras de ténèbres troublants

 et les jambes de la souffrance pesante.

Coupe les mains de la carence

  et la langue de la malveillance!

  Abondance, joie et vie parfaite

  pousseront là, où ces coupures sont faites.

  Trois gorgées de la boisson secrète

  de vitalité cachent la recette.

  Coupe la queue de la tristesse

  et de la joie allume les mèches!»

Je copie l’image de ton sourire mystérieux, Saint Trifon, je prends la serpe dans mes mains et décidée, je coupe le cordon qui lie encore la nuit au jour.

Libérée, je te laisse voyager, mon âme! Sur les champs, où dans une bataille infantile se roulent encore le sommeil et le réveil. Cours, importée par le courant de la mémoire! Traverse les montagnes de souvenirs, glisse sur les corps lisses des fleuves- les artères qui t’amèneront vers le cœur d’un paysage.  Vole avec les ailes d’oiseaux qui chantent la fête! Et une fois arrivée là, où le sang de mes ancêtres coule encore et nourrit les racines des vignes  plantées, prend une gorgée d’immortalité et sois heureuse, mon âme, que tu es là, avec tes proches pour une autre fois.

***

SOLEIL  ET  VENT  AIMENT  LA  TERRE

Le soir de ce même vécu j’ajoute les derniers ingrédients dans mon met; les mains rejoignent l’âme dans une sorte de lévitation. Un esprit tourne autour de la «trapèza»*- tout comme une danse rituelle qui accompagne l’ouverture de la bouteille, secrète.

«He he, ton poème porte le sentiment d’un vrai éveil! Quelle exaltation!», s’exclame ma fille. Elle en train de lire les notes de ma vision matinale.

«Mais je te comprends très bien: vu l’image sérieux de ce Saint Trifon et sa serpe pointue!…En tout cas, il n’a rien à voir avec Bacchus et la légèreté de sa gaîté!» _ pas besoin de vin pour se réjouir, heureusement,  à cet âge!_

Saint Trifon est «notre» saint patron du vin et des vignerons! Chaque année, le 14 février (selon le calendrier grégorien), les vignerons bulgares se rendent dans leurs vignobles et annoncent le début des festivités en coupant 3 branches de 3 vignes différentes, en faisant le signe de croix et versant du vin sur les branches et les vignes du vignoble. Le vin coule dans les verres, tout comme les souhaits d’une abondante récolte. Car Saint Trifon est connu aussi comme celui qui apporte l’abondance et fertilité.

Le vin que nous allons goûter ce soir à l’honneur de «notre» Saint Trifon et pour orner la fête des vignerons est un vin bulgare, né d’un terroir sacré.

«Raconte»

«Ce vin est né là, où dans une période de l’année la Terre est envahie par l’amour brûlant du Soleil. Et le Vent, jaloux, se précipite à calmer cette passion.»

«Car le Vent, lui même, aime beaucoup la Terre! Prêt à valser avec elle jour et nuit, jusqu’au dernier vertige amoureux!» _elle a tout compris!_

Je remplis un verre de vin et je le laisse vivre, respirer. C’est une sorte d’extase, cette délibération qui rythme inhalation, exhalation, inhalation… Avec le rythme de son cœur.

DEUX  TERROIRS:

I. VIGNES

Je vous invite maintenant à une promenade douce, dans les montagnes Rhodopes, en Bulgarie.

Dans mes souvenirs d’enfance la nature avait couvert la terre d’un tapis de mousse toute verte- un tremplin naturel qui soulageait nos pieds pris sur les longs labyrinthes de marche. Et les forêts- roulées en lumière et fraîcheur; les formes corporelles- arrondies.

Les plus vieilles montagnes en Bulgarie, le pays des Thraces, d’Orphée et d’orphisme.

Première gorgée: nous y sommes, et c’est en été (et l’été est chaud!). Dans un extrait de terroir, vivant entre le Soleil et le Vent, à EOLIS.  Une propriété familiale- petit grain de perle dans l’ensemble du vignoble bulgare! Le fruit de la passion et du savoir de deux personnes impliquées: Kremena Dimova et son époux Laurent Wunderli. Le nom qu’ils ont choisi pour cet assemblage en parle déjà: composé de deux éléments hérités du temps des Thraces – Eole pour le Vent et Solis- pour le Soleil.

Les vignes plantées sur 2,2 ha d’un sol sablo-argileux donnent naissances aux vins racés et complexes, dotés d’un fruit sain et intense.

EOLIS ESTATE- Vineyard

Les pieds posés dans ce paysage, et je sens comment l’énergie terrestre trouve son chemin   dans mon corps, et ouvre tous mes sens: il fait chaud mais pas lourd- on respire déjà les montagnes. La brise, légère et rafraîchissante, plane au-dessus des vignes et les salue par une caresse des bras; les oiseaux  glorifient l’air pure et la liberté.

II. PRUNIER

C’était un soir en février que nous étions en train d’apprendre les règles d’un nouveau jeu de cartes appelé HanaFuda (traduit littéralement du japonais il signifie: Jeu de Fleurs). Et comme le nom le suggère, les personnages principaux que l’on y trouve sont des fleurs et des plantes- toutes réunies dans un monde de paysages, de poèmes et de légendes.

Selon le livre qui introduit le jeu («HANAFUDA/Le Jeu des fleurs», Véronique Brindeau, Édition «Picquier poche») c’est le prunier qui règne au mois de février.

«À peine vient-il d’arriver de Chine, en ce début du VIIIème siècle, cet arbre de  lettrés et de nobles, et déjà l’anthologie du  Manyôshû («Recueil de dix mille feuilles»), un demi-siècle plus tard, lui consacre cent dix-huit de ses poèmes – contre quarante-deux au cerisier. C’est dire l’attrait pour ce nouveau venu, qui nimbe un souffle de raffinement plus approprié à l’art du jardin que son voisin de printemps, le cerisier, qui croit à l’état naturel au Japon et paraît auprès de lui presque sauvage et commun», lit-on. Et puis:

«La senteur du prunier

s’est mêlée

à la couche de neige

qui donc saurait

laquelle cueillir»

– Ki no Tsurayuki, Kokinshû – (traduction par Véronique Brindeau)

C’est un instant éphémère, cette lecture. Importées par la brise de mon imagination, les pétales de fleures du prunier se volatilisent dans l’espace. La légère transparence du moment. Quelques gouttes d’un parfum subtil pénètrent dans ma peau, une fine sucrosité s’installe au palais.

 «Peut-on goûter finalement ces pruneaux!», le côté «latin» de ma fille. Et on ouvre une boite.

Pruneaux CABOS

J’explique: c’est une recette secrète de la famille CABOS qui depuis 1920 (bientôt 100 ans déjà!) fait des merveilles de ce fruit. Leur vergers de prunes se situent en Tarn-et-Garonne, sur les coteaux déclives dans la commune de Mirabel. Quatre générations de passionnés qui transmettent leur savoir-faire avec nous !

VERGERS CABOS

III. ACCORD &  HARMONIE

Le Vin

EOLIS  Merlot – Cabernet sauvignon – Cabernet franc 2014

Depuis un bon moment mon âme ‘vini’ sent la vive soif pour ce vin! C’est un blend classique bordelais de 3 cépages et de pouvoir goûter l’expression de «notre» terroir bulgare ici à Bordeaux me rend spécialement heureuse.

Rubis profond cristallin.

Au nez le vin déploie un bouquet complexe aux notes de très mûres cerises noires et  cassis, de poivrons rouges grillés avec leur fumé fine et volatile, de pruneaux suaves.

Au palais on est agréablement surpris par une attaque ample et vive, marquée par la fraîcheur (souvenez-vous d’Eole & Solis!) et qui apporte une vraie élégance au vin! On y retrouve les fruits arrivés à une maturité optimale, sans être «cuits», des notes de ces célèbres poivrons rouges grillés au feu de bois, mais aussi poivrées, torréfiées, de pruneaux macérés, de tabac et de feuilles séchées. …Les tannins fondants, le final- je m’en souviendrai longtemps!

Le Met

DAUBE de bœuf aux pruneaux, poivrons grillés et noix

DEUX TERROIRS

Ingrédients:

(pour 4 personnes)

800 g de noix de bœuf

150 g de pruneaux de Pruneaux Cabos

2 poivrons rouges grillés au feu de bois

50 g de noix
1 grand oignon ou 2 plus petits

4 gousses d’ail

25 cl de vin rouge

 2 brins de thym, 2 brins de romarin, 2 brins de sarriette

2 clous de girofle

4 grains de poivre

1 pointe de noix muscade

sel, poivre

Pour la garniture:

200 g de riz rond

4 belles pleurotes

1 noix de beurre

sel, poivre

 

  1. Couper la viande en morceaux
  2. Peler et découper en rondelles l(es) oignon(s), peler les gousses d’ail.
  3. Faire mariner la viande avec le vin, les herbes, les oignons et les gousses d’ail.
  4. Dans un petit sachet en tissu (à trouver dans les (para)pharmacies enfermer les épices, ajouter-les à la marinade.
  5. Laisser reposer 2 heures.
  6. Égoutter les aliments de la marinade et les faire revenir dans une cocotte au feu moyen. pendant 5 minutes. Verser ensuite la marinade, ajouter 25cl d’eau chaude.
  7. Couvrir et laisser mijoter au feu tout doux pendant ~2h.
  8. Dénoyer les pruneaux, hacher finement les poivrons. 15 minutes avant de servir ajouter-les.
  9. Écraser les noix afin d’obtenir de grosses miettes, ajouter-les.
  10. Assaisonner de sel et poivre.
  11. Faire bouillir 30cl d’eau et une fois arrivée à l’ébullition, verser le riz préalablement rincé 5-6 fois.
  12. Découper les pleurotes en gros juliens, faire revenir dans le beurre.
  13. À l’aide d’une spatule en bois mélanger le riz et les champignons, servir en tant que garniture.

Bon appétit!

Information pratique:

EOLIS  ESTATE:

http://eolisestate.com

Address:  2W Anton Marchin Str.
BG-6001 Stara Zagora,
Bulgaria
Telephone: +359 888 866 484 (bg)
+359 884 077 741 (en)

PRUNEAUX  CABOS:

http://www.pruneauxcabos.com/
1098 route du Foyt
82440 Mirabel
France

Tél : 05 63 31 04 16

 

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply